28 novembre 2007

JOURNAL DES INFORMATIONS n°1



JOURNAL DES


INFORMATIONS



Enfin un journal qui vous dit toute la vérité !

- Qui sont-ils ?-

Nous sommes en danger ! Depuis quelque temps notre faculté est aux prises avec une engeance maudite. En effet des hordes criminelles font planer une sombre menace au-dessus de nos têtes. De qui s’agit-il me direz vous ? Terroristes, preneurs d’otages, bolcheviques, fondamentalistes, pygmées, et j’en passe…Ils seraient téléguidés depuis la Havane.

Ils recevraient des armes et accueilleraient des instructeurs chargés de leur enseigner le maniement des dites armes, dont des armes de destruction massive (en page 16, un article sur les 500 kilos d’anthrax dissimulés dans des cigares interceptés au port de Bordeaux). Selon nos sources, ils organisent des sabbats où se succèderaient des orgies dignes de la décadence de Rome, ainsi que nous dit-on, des sacrifices humains (la police signale plusieurs cas de disparition d’enfants dans les parages) en offrande à Staline.

Ces illuminés semblent revendiquer des idées d’un autre temps, tel que : la liberté de penser, la liberté de réunion, le droit de grève…

Mais où va la France ?

Devons-nous laisser ces guérilléros remettre en cause le progrès et pire que tout remettre en cause la réforme fantastique de Valérie Pécresse qui nous permet enfin de profiter de nos facs sans tous ces pauvres qui viennent nous parasiter.

Alors, à tous ceux qui souhaitent sauver notre Université de la menace rouge et noire, prenez leurs noms, leurs photos et dénoncez les !

- Mercredi 21 Novembre : journée rouge -

Mercredi marque le paroxysme de cette guérilla estudiantine. Une assemblée partisane, encadrée par des milices paramilitaires de la mouvance redskin, qui semaient la terreur et orientaient la foule, a voté (si l’on peut appeler cela un vote), l’occupation sauvage, illicite et violente de la faculté dans un but de vandalisme et de destruction.

Ainsi, notre chère université serait devenue le centre mondial de la propagande bolchevique. Il était prévu d’y organiser vendredi

Mercredi, après le soi-disant vote, cette masse rouge a donc déferlé sur la fac, armée de sabres, battes de base ball, faucilles, marteaux, ainsi que de quelques kalachnikov provenant selon nos sources de dons gracieux de la « présidence » cubaine.

Après une résistance certes héroïque mais dérisoire de quelques étudiants intègres défendant les valeurs de leur patrie, cette horde de séparatistes, toujours clairement noyautée par les milices redskin, s’est retranché dans les bâtiments, prête à endurer un siège de plusieurs mois (voir l’encadré sur le soutient logistique apporté par les anciens des brigades rouges via les souterrains).

Le président et une grande partie de son équipe a ainsi été séquestré de manière inhumaine et violement torturé. Les quelques responsables ayant réussi à échapper à cette véritable rafle sont parvenus à avertir les forces de l’ordre.

Arrivées sur places celles-ci ont vite compris que la situation n’était pas à leur avantage : en nombre insuffisant et largement sous équipés face à l’arsenal d’une véritable armée, l’objectif était clairement d’éviter l’affrontement.

Les terroristes ont alors présenté leurs revendications : 50 millions de roubles et la libération des membres des brigades rouges italiennes incarcérés dans leur pays.

La police (honte sur nous !) a cédé à leur ultimatum, les séparatistes sont alors sortis en toute impunité, au mépris des lois les plus élémentaires et prêts à recommencer à faire planer la terreur et le drapeau rouge au dessus de Bordeaux IV.

On signale par ailleurs la disparition de plusieurs policiers et de quelques courageux étudiants (voir l’article en page 5).

C’est une bien triste journée qu’a vécu notre chère université, ces évènements ont mis en exergue l’état de délabrement de la police et de sa force antiémeute ridicule, sous équipée et n’assurant en rien son rôle de dissuasion : à quand une redéfinition claire des règles d’engagement, il FAUT sévir !

- Petites annonces -

§ Jeune responsable de la droite étudiante bordelaise cherche désespérément paroles de l’internationale.

Réf : LRU0032

§ Le Medef souhaiterait remercier l’Unef seul syndicat étudiant pour sa compassion et son soutien actif.

Réf : LRU0024

§ Premier ministre toujours en quête de sa place de premier ministre.

Réf : LRU2007

§ Maire de bordeaux vend vélo n’ayant jamais servi. Ps : pompe offerte.

Réf : LRU1995

§ Jeune membre du comité bordeaux 4 cherche place immédiate dans le mannequinât. Cause : reconversion rapide.

Réf : LRU0023

§ Jeune président svelte sans bourrelets cherche désespérément jeune femme

Réf : LRU3060

§ Jeune étudiant de droite non rancunier cherche le propriétaire d’une faucille ayant abîmé sa mèche.

Réf : LRU0076

§ Président d’université cherche grosse entreprise multinationale. Cause : fac à vendre. Réf : LRU0054

§ Jeune étudiant enfermé dehors cherche clé.

Réf : LRU6534

- Plus d’informations : http://www.comiteb4.canalblog.com - guettez le prochain numéro ! -

Posté par comiteb4 à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur JOURNAL DES INFORMATIONS n°1

Nouveau commentaire